Mythologies

Paris se réserve la plus belle
parmi les déesses de l'Olympe



DÉBUT DU RÉCIT


Ce jour-là l'Olympe toute entière était en liesse Pour le mariage du Roi Pélée Et de la Néréide Thétis Les dieux, les déesses étaient réunis pour la fête A l'exception d'Eris qui n'avait pas été invitée Méchante et teigne Eris était la déesse de la Discorde Elle était très peu populaire dans l'Olympe Et lorsque les dieux donnaient un banquet Ils l'oubliaient facilement Elle n'était que rarement invitée Pour se venger de ce nouvel affront à sa déité Elle jeta dans la salle du festin A l'insu des invités réunis Une pomme d'or portant cette inscription: "A la plus belle des déesses de l'Olympe." Toutes les déesses convoitaient alors ce titre Mais le choix de l'assemblée se limita à trois d'entre elles: Aphrodite, Héra et Pallas Athéna Qui s'empressèrent de requérir l'arbitrage de Zeus À décider laquelle des trois mériterait de posséder la pomme Pour le titre tant convoité De plus belle déesse de l'Olympe. Mais Zeus dans sa sagesse Refusa d'arbitrer ce dilemme. Il leur conseilla plutôt de consulter le prince Pâris Un mortel qui s'avérait être un excellent juge En matière de beauté et de femmes. Pâris habitait le Mont Ida Non loin de la ville de Troie Il gardait les troupeaux de son père le roi Priam Qui avait jugé prudent de l'éloigner de la ville Ayant été averti par l'oracle que son fils Causerait un jour la ruine du pays. Pâris partageait à ce moment Sa couche avec une ravissante nymphe Du nom d'Oenone. À la vue des trois déesses Pâris fut ébloui Et séduit par leurs formes merveilleuses Elles se présentaient à lui En le priant de choisir laquelle des trois Mériterait de posséder la pomme d'or "Ô charmantes visiteuses Qui me faites honneur de venir ainsi dans mes terres, Sachez qu'Oenone doit aujourd'hui même visiter ses sœurs à Troie, Libérant ainsi ma couche pour recevoir la plus ravissante des maîtresses! Que vous êtes belles, telles qu'il m'est difficile de retenir Celle que je mettrais ce soir dans ma couche! Quel plaisir j'aurais à vous dénuder et à découvrir vos charmes! Mais lequel de ces charmes saurait le plus me plaire La plus délicate ou celle qui est grande et svelte ou bien l'autre toute en volume Celle de vous qui se pare de chair blanche, ou jaune ou brune Ou qui parade des seins minuscules, de rondes poires ou d'imposantes mamelles Ou un secret hymen à franchir, une porte entrouverte derrière une dense forêt Ou une vulve accueillante arrosée de parfums odorants Je ne saurais dire laquelle? Mais je choisirais bien l'une et l'autre de vous trois Une à la fois ou les trois en même temps Qui partagerait ainsi ma couche un moment ou pour toujours." Mais les déesses impassibles ne firent rien Qui puisse libérer Pâris de la confusion de son esprit Au lieu d'acquiescer et de le laisser les contempler et juger Parmi les trois laquelle était la plus belle Elles le soudoyèrent de cadeaux En lui demandant de retenir laquelle des trois Lui ferait le plus grand plaisir Et la déesse ayant offert ce cadeau Se verrait ainsi remettre la pomme d'or Des mains de Pâris. Pâris acquiesça espérant malgré tout En tirer quelque façon de satisfaire ses lubriques impulsions Héra lui promit la souveraineté sur l'Europe Ainsi que sur l'Asie; Athéna, lui prédit Qu'il mènerait les Troyens à la victoire contre les Grecs Et la Grèce à la ruine; Aphrodite lui dit quant à elle Que la plus belle femme du monde un jour Lui appartiendrait. Pâris qui n'était ni brave ni fort Retint ce qui lui semblait être La moins périlleuse et la plus gratifiante Des propositions, Il choisit la dernière offre, Et il donna la pomme d'or à Aphrodite. Et ce fut là, le jugement de Pâris. On raconte qu'il enleva plus tard Hélène Fille de Zeus et de Léda Sœur de Castor et Pollux Elle était la plus belle femme du monde Et était convoitée par tous les princes de Grèce Ce fut là, la cause réelle De la Guerre de Troie Qui y perdit la souveraineté sur l'Europe et l'Asie Causa la défaite des Troyens contre les Grecs Et poussa la Cité de Troie à la ruine. C'était le temps, le beau temps, l'ancien temps Ou le sort d'une femme Pouvait décider de la Guerre Ou de la Paix.



Marco Polo ou le voyage imaginaire (Mythologies octobre 1999) © 1999 Jean-Pierre Lapointe
Ovide et les métamorphoses ainsi que les œuvres des grands-maîtres, musique Yokubota.


RETOUR AU CHOIX DES ITINÉRAIRES MYTHOLOGIQUES




317,000 + INF