autres poèmes en cours
escales poétiques



CHOIX DES ESCALES


plus indécis

l'amour de la nature

Quand je veille.....la mort des foules

venir mourir............de la mort.......... masques

une route d'alcool ........des aciers.......monnaie d'échange

ouvrez vos portes...........partir......armes du songe




RETOUR AU CHOIX DES ITINÉRAIRES POÉTIQUES




Plus indécis

Plus indécis plus cruel et triste

Plus morne et monotone plus chagrin plus vide

Plus lent plus long plus rien

Plus mystique plus phtisique et noir

Ces vingt ans et une année passée sans rien




RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES



l'amour de la nature


Je souris aux arbres étalés  
  je souris à ton nom prononcé
Je rêve tes sourires fleuris
  je rêve en ton rire aussi
Je raconte nos jeux animaux  
  je raconte nos jeux amoraux
Je m'étale sur l'herbe enfin  
  je m'étale sur ton sein
Je me berce de la douce nature  
  je blesse ta bouche mature
Je pétris le sol illuminé  
  je flétris ton corps exhalé
Je goute aux effluves matinales  
  je goute à tes contorsions animales
Je découvre tes jeux amicaux  
  je jouie de nos jeux animaux
Je défie les astres célestes  
  je délie ton astre en laisse
J'observe les aurores boréales  
  je découvre ton corps astral
Je m'enfonce dans les bois  
  je m'enfonce en toi
Je m'encense de soleils auréolés  
  j'asperge ma semence en toi
Je m'inscruste dans le sol  
  je m'incruste aussi en ta fleur




RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES



Quand je veille

Lorsque les lumières se meurent
Et que le bruit trouve le sommeil
Je me lève avec la lune
Et je cherche l'ombre où rêver.

Toutes les ombres renaissent
La ville en ruine immense
Qui retrouve son trou noir
Les décombres titubants qui chancellent.

Buildings et maisons se dévêtent
Des voitures aux turbines muettes
Et la procession d'ombres s'ébranle
Aux feux éteints des réverbères.

Tout s'arrête prestement pour reposer
Au pied du mur sombre
D'ombre
Que fait la montagne.

Les visages pâles des damnés
Aux vitrines dévêtues et repues
La pluie d'hier qui se fait un tombeau
Et le macadam laisse au vent ses impuretés

Mais je me lève avec eux
Cheveux épars et bras ballants
Je marche les yeux clos
Vers cette ombre, sombre, que fait la montagne.


RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES



La mort des foules

du ciel je vois descendre la mort
des foules gicler du sang
à qui il faut un tyran
pour qu'ils ne pensent plus

jouez riez vivez
foules guignols
le feu est aux portes de la ville

buvez dansez aimez
foules burlesques
dans vos villes titanesques

j'ai des tyrans pleins mes ciels
j'ai la tête de titane
le crâne tyrannique
j'ai les idées fantastiques
qui ne servent plus à rien

foules zombiliques
ennemies de la sagesse
préférez le bras d'acier
foules ennemies.....


RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES


venir mourir

venir mourir aux éperons jeunesses sagesse des émoussures les rives engendrent les rires des songes les images les jetées de nuages les rivages perles d'entédélices perles aux crabes perles aux émoussures aux jetées de raisins les miroirs vos cieux d'acides métaphore englobe les siècles englobe les sourires englobe la dévaluation des détours marcherez les possession d'Entidéme voussures des marquarages de femmes marcherez les éclaboussures d'hommes entédémones douceurs antédiluviennes marcherez les passerelles émondées extrinsèques jalousies des hypocrisies marcherez les sans-pattes du métier trébuchantes misanthropes tonnantes marcherez les maudits les réguliers les marcheurs cloches de la conformité marcherez marcherez jusqu'à l'essoufflement jusqu'à poutrelles déluges flasques néant marcherez plus rien de plus de rien



RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES


de la mort

abdiquer à l'essoufflement des poitrines joncher les cervelles de points d'arrêt sur la conformité de l'horloge 7 dimanches à la une de la prière sept lundis à la semaine des points d'arrêt au médiocre des recommencements point final à la répétition point final à la reprise des pourparlers les gages charrient les rivages morts le village le voyage marcheront les corridors de la mort



RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES


masques

Masques Visages barbouillés sous les flaques Matraques aux crânes qui saignent Rouge de pommes un sang de fesses tubercules La suée d'une nasale s'engouffre dans les bouches Mouches qui dansent s'enfantent sous les museaux décolorés Barbiche blanchie des chiures de seins sanctifiés Saintes ni-touches aux découches cléricales Babel mordue déchirure d'un sein aux dents qui pendent Cils perdus sous les ombres faites de lanternes.



RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES


une route d'alcool


Une route d'alcool entre mes doigts qui babillent comme des souffles Une vie n'importe où entre mes rêves de sommeils restreints Une nuit de cauchemars dans les lacets fatigués de vos bras mordants Une triste histoire qui coule sur les lunes perdues de mon front J'ai dépêché vos sourires fragiles au tiroir de mes insomnies J'ai inoculé le baume de vos lèvres sur mes blancs de rêves j'ai emprisonné vos regards mobiles aux tentacules de mes doigts avides j'ai sculpté la pierre de vos seins sur le moule de mes nuits de fer Et la nuit a quand même dépêché sa solitude maîtresse J'ai dépassé le doigt sur mon crâne fragile J'ai déchaussé mes veines aux demains matins Je suis entré dans mes jours de nuit Maintenant qu'ils ont mon numéro Maintenant que la misère des tests d'idole est à mes lèvres et si je viens à passer dans vos bouches et si mon œil ouvre la porte de mon rêve je reprendrai en sens inverse la déroute.



RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES



des aciers

des aciers sur les côtes fragiles les animaux d'homme fatiguent les naissances gratuites sur leurs reins ils portent leur sang au pied des républiques ils portent leur crâne au fusil des armées des batailles de mortalités inconscientes qui boivent le sang des amis aux fontaines des mauvaises fêtes les belles garnissent de cauchemars les idées mal-venues d'asiles animales aux doigts de seins ou bouffe encore aux charognes décédées les pensées suicidées aux mers incarcérées marches scandées d'Antigones butées politesses accrochées aux doigts de publicités qui aime ces cauchemars en boulets sur son crâne qui aime cette marche de poussée cafardeuse qui aime cette maudite image d'atrocités qui ne veut laisser son doigt sur un fond de nuit qui ne veut passer à l'inconnu des rêves mortels qui ne veut se laisser aller à l'intouchable de l'être



RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES




monnaie d'échange
Oh Canada
    terre de mes vœux
réveillez vos haines
    en conserve
et de l'Ouest en rangs tordus
    vos cœurs guillotinés
jetez sur mes routes fragiles
    vos indiens de vengeance
allez fils de rien
    en fusilles
les fusils sur la paume
    de mes dents
les doigts dans les stygmates
    de mes mains
allez le pied d'acier
    sur ma mère
fouiller le lait coagulé
    de ses plaies
au pays matraqué
    d'étain
en Labrador
    frontière violée
en Ungava
    soleil de glace
en Baie de James
    monnaie d'échange
en pays fleuve
    oasis de sang
en Québec
    dentelle violée
Oh Canada
   terre de mes aveux


RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES




ouvrez vos portes


ouvrez vos portes
    aux doigts assassins de velours
    entrez dans nos ventres
    de pâture faiblesse
nos ventres de soleils affamés

faiblesse
    faim
        misère.

je dédie ces prières
aux dieux de plâtres
suspendus à nos lendemains

crimes
    guerres
        souffrances

je dédie ces images absurdes
aux dictateurs du lendemain
suspendus è nos doigts d'acier

je crie
    je pleure
        je meure

je piétine mon cœur
je dévore mon sang
je chie mes entrailles
je fais pitié aux pourceaux

regardez
    écoutez
        ayez pitié

pourquoi me laissez vivre
pourquoi nous laisser boire ces jours
pourquoi nous étouffez de tristesse
nous serons tristes toujours

pourquoi 
    pourquoi 
        pourquoi!

pourquoi la vie la mort
pourquoi ce déséquilibre
c'est le fond de notre tristesse.


RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES



partir


Le monde le monde à perte de vue   le monde ouvert sur n'importe quoi  l'amour peut-être

le monde inaccessible   je suis ici  prisonnier d'une vie cataloguée   les jours organisés d'avance
le plaisir ou l'ennui prévus la veille   le futur en prévision
qui se calcule d'heure en heure   rythmé   automatique    métronomique
et derrière  

le monde
le monde inaccessible   comme un suicide    le monde  à perte de vue   comme le gouffre de la mer
le monde ouvert sur n'importe quoi   sur des hommes nouveaux   des hommes qui s'aiment peut-être

des pays de soleil   des pays de verts et de pics   absents d'acier et de bitume
le monde    là-bas    .....

j'aime aller là-bas   faire des tours imperceptibles
je rêve    je pense   j'imagine
mais je n'ai pas encore trouvé    le moyen de rendre 
cette imagination    cette pensée    ce rêve 
une image à perte de vue   qui ne soit celle   habituelle

je suis dans un état    sans espoir d'en sortir
l'enfer    peut-être    le goût du ciel
l'enfer    ou l'ennui   ou l'espoir
ou c'est le cauchemar
c'est d'imaginer le monde   qui ne soit pas tel   celui   qui se vit
ainsi


RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES



armes du songe

	  armes du songe
	  armes
	  du génial
	  larmes
	  je m'en vais à Pampe-lunes
	  chercher vos sourires
	  figés aux phalanges
	  des balles aux tympans
	  rugissent les sirènes
	  de la misère en place
	  de l'illégalité légalisée
	  tournoir des voyages grotesques
	  le jeu qui martèle vos amitiés
	  guériront de loin   les caresses de dépaysement
	  au loin
	  je cherche
	  les pays que j'invente
	  les pays qui grouillent dans mes jambes
	  ma soif de marcher
	  sur la forteresse
	  de l'idée en place
	  j'avance 
	  jusqu'au bout de l'essoufflement
	  mes désirs dépassant mes pouvoirs
	  je rugis devant l'impossible
	  
	  Je suis Constantinople
	  poussière d'Istambul 
	  bleue
	  bazar bleu
	  suivrons les routes bleues d'Amérique
	  les Hiltons d'Istambul
	  le blues des Amériques
	  Istambul au Minnesota
	  grouillement invisible
	  les armes indéfectibles
	  du songe indicible
	  	  

RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES


Marco Polo ou le voyage imaginaire (autres poèmes) © 1999-2015 Jean-Pierre Lapointe





215,000 visiteurs + POE