la solitude
escales poétiques


CHOIX DES ESCALES


Diverses escales poétiques:

Solitude nuit........... Tu liras

Insomnies................................................................................ Métronômes

Une chanson s'accroche......... Les portes d'ennemi.

La dernière danse


RETOUR AU CHOIX DES ITINÉRAIRES POÉTIQUES




Solitude nuit



Une route d'alcool entre mes doigts qui babillent
comme des souffles

Une vie n'importe où entre mes rêves
de sommeils restreints

Une nuit de cauchemar dans les lacets fatigués
de vos bras mordants

Une triste histoire qui coule sur les lunes perdues
de mon front

J'ai dépêché vos sourires fragiles au tiroir
de mes insomnies



J'ai inoculé le baume de vos lèvres
sur mes blancs de rêves

j'ai emprisonné vos regards mobiles aux tentacules
de mes doigts avides

j'ai sculpté la pierre de vos seins sur le moule
de mes nuits de fer

Et la nuit a quand même dépêché sa solitude
maîtresse




RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES




Tu liras..............

Tu liras les doigts repliés d'aise
la musique carnage au cœur des pieds
les filles animales
les garçons vierges
les fêtes sauvages



Tu liras les songes de desseins monstres
les rivages sauvages de matins chacals
les lits défaits
les sommeils coupés
des garçons et des filles

Tu liras la peau de mes paumes
la lecture foutaise de mes jours
les coins et recoins
sombres toujours
au creux des mains

......................................


RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES




Insomnies

allez mystères insomnies
chevauchez dans mes plaies
gavez mes veines d'ennui
j'ai soif, j'ai soif, j'ai soif



j'ai des cornets et des saxos
j'ai le jazz au ventre cauchemar
j'ai la forêt vierge de crânes
des nègres, des nègres, des nègres
l'alcool dans l'ombre aux yeux

j'ai le ventre de tambours
mystères insomnies musicales
nègres tambours cafards
jouez, jouez, jouez



dans mon ventre mirage
le rythme fatigué d'ère
jouez mes doigts variations
appelez les yeux fermés
appelez la dolente et la mort
appelez la paresse visage
je veux entendre
je veux jouer
je veux rêver


RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES




Métronomes

la nuit est métronome
les objets dansent
la nuit fait bonjour
les objets métronomes
j'ai la danse au doigt
dansez métronomes



à l'allure des doigts crochus
doigts crochus des métronomes
une fenêtre pluie grippée
j'ai une fenêtre de rhume
un coin de ciel au carreau



fronts carnages
fronts guerriers
farces à la fenêtre merle
métronomes aux sépultures
sépulcres de nuits fenêtres
le lit me ramasse en branlant
j'ai des flûtes plein les mains
flûte métronome tambour battant

j'ai la flûte qui pleut
flûte métronome qui se vide
flûte endormie
plus de flûtes plus de tam-tams
métronomes endormis




RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES




Une chanson s'accroche.....

Une chanson s'accroche au mur de mon crâne
et je dénoue mes espoirs de bonheur
en verses éparses sur mes langues de chanter

Un amour s'avance dans mes rues
qui s'échappe au premier bal de mes nuits

Mes nuits reprennent leur unicité fantasmagorique




Des filets de lunes calcinées sont mon harem



où chercher à me pendre
et dormir dans les rêves étranglés

Mes doigts de franchir vos seins
rencontrent le mur obscur de ma chambre
et je me jette définitivement aux doigts d'espérer

Si je tombe enfin dans vos lits espérés
c'est pour y chercher l'évasion obscure
des dimanches sans lendemains


RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES




Les portes d'ennemi......

Les midis assoiffés de poussières
arrachent nos crânes des tableaux
les grues de soleil sur nos fronts
et le mal des bouts de trottoirs
la faim respire nos cadavres
la faim des trottoirs encombrés
la maladie qui ronge le doigt
la lèvre monnaie qui suce encore





J'écoute les portes d'ennemis
les oiseaux près du ciel
l'ennui sur l'index de Dieu
saigne l'oiseau mon ami

Roches éparses sur nos crânes
j'arrache les sables de vos yeux
mes grues de doigts souffrantes
le sang de mes veines exils
au creux de paysages hypocrites
cette vie de personne grande
et le jeux des fontaines essoufflées
fontaines au coeur de pierre
ce tableau des inconvenances
le hasard des couleurs funestes
un homme sur son front
qui n'a pas pris bien garde




RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES




La dernière danse.


danses asymptotiques
dansez



caravellez au mitant des nuits
dansez donzelles et jacquots
les nuits sont courtes et peu sages
dansez les seins flambants à la lune
dansez le sexe offert au mirage
dansez jacquots et donzelles
entrez l'un dans l'autre sous l'orme d'ombre
faites l'amour incognito
faites bombance jouvence en frise
faites hihi aux latrines sex-appeal
faites haha aux chocolats dadas

entrez dans la nuit chapelle les yeux fermés
sautez sur l'orteil des rois fadas
matraquez le sein reinette des idées nonnes
gargarisez-vous aux essences des salives
perdez-vous dans la neige des seins enfantins
dansez paraboliquement
dansez sur la parabole du ventre
dansez sur l'icône de vos jours
dansez sur la main travail d'usine
dansez sur la soif matin absurde
dansez sur la vie chemin astéroïde
dansez sarabande, donzelles et jacquots



Marco Polo ou le voyage imaginaire (poésie: Solitudes, 1956) © 1996 Jean-Pierre Lapointe



RETOUR AU CHOIX DES ESCALES POÉTIQUES




215,000 visiteurs + POE